Blog chevron_right
#Science
Partager:

«Nous devons préserver notre marge de manoeuvre»

La disparition des glaciers est un signal d’alarme, nous dit Wilfried Haeberli. Le glaciologue, né en 1947, est membre du comité scientifique et du comité d’initiative de l’Initiative pour les glaciers. Dans cette interview, mené de Marcel Hänggi, le professeur émérité de géographie de l'université de Zürich parle de son amour pour les glaciers et de son engagement politique.

Qu’est-ce que qui a amené le jeune Wilfried à devenir glaciologue?

À cette époque, je faisais beaucoup d'alpinisme, j'étais fasciné par les sommets glacés et je voulais faire mon doctorat de géographe au-dessus de la limite forestière. J'ai choisi le thème du permafrost dans les Alpes, c'est-à-dire des flancs de montagne gelés toute l'année et en profondeur. À l'époque, ce domaine était encore peu exploré. Après ma thèse, j'ai travaillé pendant plus de vingt ans au Laboratoire d’hydraulique, d’hydrologie et de glaciologie, un institut d'ingénierie de l'EPFZ. Il s’agissait souvent de mesures de protection contre des inondations et des laves torrentielles provenant de lacs glaciaires ou de fortes précipitations, par exemple après les catastrophes de laves torrentielles à Poschiavo et Münster/VS en 1987. Entre 1983 et 2010, j’étais responsable de la coordination de l’observation mondiale des glaciers.

Tu ne pensais probablement pas que tu serais le compagnon de mort de ton propre sujet de recherche ?

Au contraire, je l'ai su très tôt. Dans les années 1970, Hans Oeschger et son équipe de l'université de Berne ont calculé que si la teneur en CO2 de l'atmosphère doublait, la température mondiale augmenterait d'environ 3 degrés. Il était facile d'estimer que seuls de modestes vestiges des glaciers alpins subsisteraient. Les connaissances existaient déjà à cette époque, et la courbe émergente du changement climatique aurait pu être prise plus ou moins élégamment si nous nous étions comportés de manière sensée. Mais nous n'avons pas encore pris en compte le fait que la température dans la région alpine augmente environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale.

En 1990, j'ai fait une excursion sur le glacier avec votre prédécesseur à l'université. Nous avons alors appris que les glaciers avaient atteint leur dernier maximum au XIXe siècle et qu'ils continuaient de reculer ensuite - en raison des fluctuations naturelles du climat. Si je me souviens bien, il n'était pas question de réchauffement climatique anthropique.

Jusqu'aux années 1990, nous étions encore dans la zone de fluctuation naturelle de l'Holocène - l'ère préindustrielle au cours de laquelle la civilisation moderne a émergé. Entre-temps, nous avons quitté cette ère. Cela est souvent mal compris car les glaciers réagissent avec un certain retard - ils sont maintenant trop grands pour les températures qui augmentent rapidement. Le glacier d'Aletsch, par exemple, est aujourd'hui trop long de plusieurs kilomètres par rapport au climat actuel. Ainsi, le rétrécissement des glaciers se poursuivra, même si les températures restent maintenant stables. Si nous regardons la composition de l'atmosphère, nous avons depuis longtemps quitté la plage de fluctuation naturelle d'au moins un million d'années. C'est le développement futur, déjà fortement prédéterminé, qui nous préoccupe.

« Si nous regardons la composition de l'atmosphère, nous avons depuis longtemps quitté la plage de fluctuation naturelle d'au moins un million d'années. C'est le développement futur, déjà fortement prédéterminé, qui nous préoccupe. »

Le réchauffement climatique t’étais donc familier depuis longtemps et tu as donné ton avis à ce sujet. As-tu rencontré des vents contraires?

Les médias et le public ont bien réagi à cette information. Cependant, il y a eu des tentatives de disqualification des voix d'avertissement. Personne n'a remis en question nos mesures et nos calculs, mais on a dit qu'elles étaient "alarmistes". Cela a complètement changé ces dernières années. Aujourd'hui, tout le monde sait que les glaciers disparaissent et que le permafrost dégèle. L'été chaud de 2003 et l’écroulement et les laves torrentielles de Bondo ont ouvert les yeux de beaucoup de personnes. 

Des comparaisons d'images du glacier du Morteratsch (canton GR) de 1911 à 2015 confirment de manière impressionnante son rétrécissement. Source : Sammlung Gesellschaft für ökologische Forschung.

Qu'est-ce que cela signifie pour la haute montagne ? À l’avenir, deviendra-t-elle verte au lieu de blanche ?

Le recul des glaciers ne laisse pas de prairies et de forêts verdoyantes pendant longtemps, mais des décombres, des lacs et des roches nues, souvent instables - quelque chose qui ressemble à un grand chantier, désordonné mais aussi dangereux. Aujourd'hui, la recherche s'intéresse également à la question de savoir comment nous devrions relever ces défis, par exemple avec les nouveaux lacs.

Comment est-il possible de prévoir la fonte des glaciers de manière précise?

Il existe des chiffres réalistes depuis longtemps. Matthias Huss en particulier, qui est également membre du comité scientifique de l'Initiative pour les glaciers, a publié des résultats de modèles détaillés et solides pour les Alpes. Si nous nous conformons aux Accords de Paris et limitons le réchauffement climatique à 1,5 degré - ce qui signifie 3 degrés pour les Alpes - alors environ 40 % du volume restant des glaciers dans les Alpes pourrait probablement survivre. Les principales incertitudes résident dans la question de savoir comment les émissions vont continuer à se développer et ce qui va se passer ou non en termes de politique climatique. Dans des scénarios d'émissions réalistes, il ne resterait qu'environ 5 à 30 % du volume déjà fortement réduit des glaciers.

Les effets de la hausse des températures moyennes annuelles sont également clairement visibles sur le glacier Stein (canton BE). Source : Sammlung Gesellschaft für ökologische Forschung.

Dans ce contexte, tu aimes utiliser l’expression biblique d’une écriture sur le mur …

Pour nous, le recul des glaciers est en effet une "écriture sur le mur" à prendre au sérieux, comme le signal d'avertissement dans la Bible. Les glaciers nous le montrent : le système climatique mondial change rapidement, notre champ d'action se réduit et nous perdons des possibilités d'action. Un exemple impressionnant est le niveau de la mer, qui, selon les calculs, augmentera d'environ un à deux mètres par degré de réchauffement climatique à long terme. Aujourd'hui, nous avons déjà un degré de réchauffement. Même si des mesures rapides sont prises pour protéger le climat, le niveau de la mer augmentera d'au moins un mètre au cours des décennies et des siècles à venir. Mais cela pourrait être bien plus si nous continuons simplement comme nous l'avons fait jusqu’à présent. Les mesures d'adaptation seraient alors extrêmement difficiles à atteindre et coûteuses. 

« Les glaciers nous le montrent : le système climatique mondial change rapidement, notre champ d'action se réduit et nous perdons des possibilités d'action. »

Qu’est-ce qui t’a incité à t’engager en politique?

En tant que scientifique, j'essaie de fournir une base aussi objective que possible pour les décisions politiques. Mais je suis aussi un citoyen, je vote, je prends parti. Et parce que je vois dans mon travail de scientifique ce qui nous attend en matière de glaciers et de climat, je suis particulièrement engagé en tant que citoyen et j'apporte ici ma modeste contribution.

Fin septembre, le Parlement a adopté une nouvelle loi sur le CO2. Es-tu rassuré de voir que quelque chose bouge?

J'ai des sentiments mitigés. La loi est un pas en avant. L'échec serait fatal si la loi échouait, car nous ferions alors un pas en arrière. Mais son contenu est clairement trop faible. C'est pourquoi nous devons continuer !

Wilfried Haeberli, né en 1947, est professeur émérite de géographie à l'université de Zurich. Il soutient l'initiative pour les glaciers comme membre du comité scientifique et du comité d'initiative.